Categories
L'été à la Vallée de Joux News Savoir-Faire Thème du mois

L’été culturel combier

S’enrichir de culture à La Vallée est non seulement possible mais aussi facilement accessible.

Les chalets d’alpages, les activités aquatiques, pédestres et sportives, les buvettes ou encore les terrasses sont moultes occupations susceptibles de remplir un agenda estival déjà bien garni. N’omettons pas la culture avec les expositions temporaires et surtout les musées dont la Vallée de Joux, bien que petite en superficie, peut montrer force de propositions.

S’enrichir de culture à La Vallée est non seulement possible mais aussi facilement accessible. Les musées combiers sont ouverts tout l’été, et des expositions temporaires surgissent ici et là, il suffit juste de demander! Tout est listé à l’Office de tourisme de la Vallée de Joux, véritable mine d’or d’informations.

A l’air libre ou pas

Savez-vous comment fonctionne le processus du réchauffement climatique? Quelles sont les conséquences, dans le monde et en Suisse? Quelles adaptations la Vallée de Joux met-elle en place pour limiter ses effets? Clim-Expo propose des réponses par le biais d’une exposition en plein air, sur le chemin du bord du lac du côté du Rocheray, jusqu’au 26 septembre prochain.

Jusqu’au 16 octobre au Sentier, le long de l’Orbe, on peut admirer l’Allée des Bourbakis, une exposition en plein air retraçant l’arrivée des Bourbakis les 1er et 2 février 1871 à la Vallée de Joux. Au bord de l’Orbe, 27 panneaux informatifs retracent ce pan de l’histoire et la manière dont les Combiers vécurent ces deux journées.

Au Sentier encore, l’exposition d’aquarelles d’Edouard Golay. Né au Sentier en 1902, cet horloger de carrière était également un passionné de dessin depuis son tout jeune âge. Il a collaboré avec le peintre- graveur Pierre Aubert, lequel exposa au Salon d’hiver de Paris. Durant de nombreuses années, Edouard Golay a brossé les décors pour les différentes manifestations artistiques de la Vallée de Joux et collaboré également à l’édition de bulletins locaux d’entreprises, dont le Tic-Tac, journal de la manufacture Jaeger-LeCoultre qu-il’employait. Une quinzaine de ses toiles ainsi que deux cahiers de dessins et d’œuvres photographiées sont exposées au tea-room de la Maisonde Paroisse jusqu’au 30 septembre 2021.

Du côté des Musées

L’offre combière en matière de musées par rapport au nombre d’habitants est susceptible de faire des envieux ailleurs. L’Espace Horloger tout d’abord, est ouvert tout l’été de 13h à 17h sauf le lundi. Des ateliers de décoration horlogère y sont proposés par Olivier Ducommun, horloger professionnel et enseignant à l’Ecole Technique de la Vallée de Joux. En partie rénové, le musée a changé de look, qui datait de 1996! Il propose aux visiteurs de tout âge, novices ou passionnés, de se plonger dans le monde fascinant de l’horlogerie grâce à une scénographie entièrement repensée en 2019. Au premier étage, de grandes tables tactiles mettent en avant les nombreux métiers nécessaires à la réalisation d’une montre, ainsi que les formations pour y accéder. La visite se poursuit dans une petite salle de cinéma où un film en 3D présente l’horlogerie dans son milieu naturel: la Vallée de Joux et les nombreuses facettes de son patrimoine. Un musée à redécouvrir absolument.

Continuons avec deux autres musées horlogers privés: tout d’abord, le Musée Atelier Audemars Piguet où sont exposés plus de deux cents ans de savoir-faire et d’innovation. Situé au Brassus, berceau de la marque, cet espace inauguré il y a juste un peu plus d’une année se distingue par une muséographie novatrice et une architecture contemporaine, de fait, une spirale de verre accolée à la maison historique qui a vu naître la marque, le Musée Atelier. La spirale, prouesse architecturale conçue par Bjarke Ingels Group (BIG), expose quelque 300 montres, dont de nombreux chefs-d’œuvre de miniaturisation, de complexité technique et de design. La conception du lieu permet également de voir les horlogers et artisans en pleine création dans leurs ateliers transparents.

Au Sentier, logée au cœur des anciens bâtiments de la manufacture, Jaeger-LeCoultre propose sa Galerie du Patrimoine. Ouverte en 2007, occupant plus de 500 m2, celle-ci célèbre le savoir-faire et l’historique de la plus grosse manufacture combière. On y trouve les archives, les produits qui ont marqué leur époque, une saisissante exposition de calibres, suspendus à des filins verticaux tout autour d’un monumental escalier métallique en colimaçon menant à l’atelier de restauration. Les groupes pourront ensuite visiter d’autres ateliers: grandes complications, métiers rares et les fameuses Atmos.

Connaissez-vous le Musée régional Vallée de Joux? Ouvert depuis trois ans aux Charbonnières dans une ancienne ferme, il est l’œuvre de Jean-Michel Rochat. Né de sa collection privée d’archives et objets en tous genres, ce musée original présente de nombreuses facettes de l’histoire régionale. Les vieux métiers typiques y sont à l’honneur -tavillonneur, fontainier, taupier, boisselier ou leveur de sangles,…-ainsi que les grands événements historiques de la région, les artistes et personnalités marquantes, ou la vie sociale et religieuse. Une petite salle de cinéma permet de visionner des films d’archives sur la Vallée de Joux. Histoire de ne pas oublier notre riche Histoire. Au même endroit ou presque se trouve le Musée du Vacherin Mont-d’Or. Ouvert sur demande pour les groupes, la ferme-musée des Charbonnières présente une collection d’objets et de documents liés à la fabrication du Vacherin Mont-d’Or.

Terminons par le Musée Pierre Golay, rouvert par le bien nommé relais des Artistes après quelques travaux de rénovation et de restauration. Les enfants de l’homme surnommé «Archimède» remettent en valeur ses inventions. Personnage hors du commun, Pierre Golay, né à Genève en 1936 et décédé à La Vallée en 2008 à l’âge de 72 ans, a été un bricoleur génial. Les pièces principales du musée sont des machines à remonter le temps, actionnées par des boules d’acier, et mues par des moteurs d’essuie- glaces ou de vidéo. Des billes qui font des haltes pour mettre en route des animations rappelant la création du monde, l’histoire suisse ou le bien et le mal. Les enfants pourront actionner ces machines sous la surveillance de leurs parents. Outre ces drôles de mécaniques, les visiteurs pourront admirer une collection de pipes, la maquette de la première machine à tailler les limes dessinée par Léonard de Vinci, et bien d’autres objets qui ont de quoi éveiller la curiosité et permettent de découvrir les facettes des talents multiples que possédait l’homme surnommé «Archimède» par ses proches. Le musée est ouvert sur demande, en passant par l’Office de tourisme de la Vallée de Joux.

Site de l’Office de tourisme Vallée de Joux: www.myvalleedejoux.ch