Tensions en période électorale

Nouvelles du Grand Conseil de Sébastien Cala

A la reprise des débats parlementaires le printemps dernier, juste après la première vague de Covid-19, les positions au sein du Grand Conseil étaient à la cohésion. Chaque proposition d’un parti gouvernemental pour limiter les effets de la pandémie était acceptée à une large majorité.

« N’oublions pas les indépendants »

Force est de constater que la deuxième vague, et probablement l’arrivée des élections communales, ont quelque peu fait évoluer la situation. Le dépôt d’une motion, à la fin janvier, a été l’occasion de m’en rendre compte. Comme nombre de mes collègues, j’étais préoccupé par la situation des acteurs économiques qui passent au travers du filet social de la Confédération.

J’ai proposé de mettre en place un soutien pour les indépendant.e.s et personnes à la position assimilable (patron de Sàrl, etc.), dont le chiffre d’affaire a chuté de 20% au moins en 2020 et dont le revenu net de l’activité lucrative n’excède pas 90’000 CHF (limite basée sur la législation fédérale concernant les APG).

Renvoi ou pas renvoi?

Au vu de l’urgence de la situation, nous avons demandé le renvoi direct au Conseil d’Etat sans passer par un traitement en commission. Soutenue par l’ensemble de la gauche et du centre, cette demande a été rejetée par le PLR et l’UDC. Certains élus de droite ont salué «un objet tout à fait juste et pertinent», pour reprendre les propos du Député Chevalley (PLR). Malgré cela, la majorité de droite a unanimement renvoyé ce texte aux calendes grecques, en le faisant passer en commission. Le renvoi direct aurait à l’inverse permis au Conseil d’Etat de donner une réponse dès le mois de février et d’agir en conséquence. Aujourd’hui, si cette motion a été discutée en Commission des finances, le rapport de majorité n’est toujours par publié. Le deuxième passage au Grand Conseil n’aura dès lors pas lieu avant le mois de mai, au mieux. Dans la situation actuelle, ce délai est difficile à accepter.

Clivage persistant

Cette position particulièrement clivée ne concerne pas que les objets «Covid-19», mais nombre d’autres propositions émanant du Parlement vaudois. Ainsi, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, nous avons discuté de divers objets liés à l’égalité et aux droits des femmes. Ici aussi, le parlement s’est montré divisé sur des sujets tels que la mise à disposition dans les écoles de protections hygiéniques pour les adolescentes, ou l’initiative en faveur d’une prolongation du congé maternité suite à l’hospitalisation prolongée de la mère, que j’ai déposée au printemps dernier. Cette fois-ci, quelques absences à droite de l’hémicycle ont permis à ces textes d’obtenir une courte majorité.

… Sauf pour la pandémie

Il semble que le parlement vaudois soit assez sensible au contexte électoral du moment. Lors des élections fédérales, à l’automne 2019, il en était de même. Notons toutefois que lorsqu’un projet important lié à la gestion de la pandémie émane du Conseil d’Etat, l’entente règne toujours entre les différents groupes politiques.