Catégories
Combiers La Vallée de Joux, Région Formatrice News Thème du mois

Trouver un logement d’étudiant à la Vallée
de Joux : no problem

C’est une interrogation et une demande récurrentes des parents dont les enfants s’apprêtent à entamer une formation dans la Haute Combe. De fait, l’offre est supérieure à la demande et les enjeux sont ailleurs, dans le cadre éducatif. Voici les adresses utiles avec les derniers chiffres.

La plupart des jeunes gens qui montent à la Vallée de Joux pour s’y former vont se retrouver sur les bancs de l’École technique de la Vallée de Joux ETVJ, située rue Georges-Henri Piguet au Sentier, laquelle forme aux métiers de l’horlogerie et de la microtechnique. Si une recherche sur Google semble le réflexe initial à l’heure actuelle, celle-ci n’est pas la plus pertinente dans ce contexte et l’on fera mieux de frapper directement aux quelques bonnes portes.

Les deux portes d’entrée

L’ETVJ est en effet en contact avec les organismes et privés qui mettent à disposition des lieux de vie pour les étudiants, grâce notamment à une fondation dédiée qui répertorie les offres et octroie des prêts aux étudiants. Ce volet social est assuré par le secrétariat de l’école. Les centres de formation des grandes marques (Blancpain, Breguet, Jaeger-LeCoultre et Audemars Piguet) ont les mêmes adresses à disposition pour leurs apprentis qui fréquentent l’ETVJ pour les cours théoriques de leur formation. Donc, l’école technique est rodée aux demandes et c’est elle qu’il est recommandé de contacter en indiquant le type d’hébergement souhaité, en fonction de ses souhaits et de son budget. Son site internet tout récemment refondu (depuis le 1er juin 2022) met notamment l’accent sur ce type de services (sa cafétéria mais aussi les offres de logement) à l’intention des familles des apprentis et étudiants. À noter que la moitié des étudiants à plein temps de l’ETVJ trouvent à se loger par leurs propres moyens.

Autrement, la Haute Combe compte deux résidences estudiantines, l’une à cinq et l’autre à quinze minutes de marche de l’école, dont la gérance est assumée par l’agence Stalder Immobilier, basée au Pont. C’est l’autre porte d’entrée dans les offres de logement pour étudiants à La Vallée.

Résidence estudiantine des Piguet-Dessous

Suffisamment de places

À l’époque d’un ancien directeur historique de l’ETVJ, un appel avait été lancé aux particuliers qui le pouvaient de s’organiser pour accueillir des étudiants, soit en famille soit au moins en mettant à disposition un studio ou une chambre de bonne. Il y a une dizaine d’années encore, le nombre de places disponibles suffisait encore tout justement. Mais depuis, l’élan citoyen a été réel et il y a en 2022 plus de logements que de demandes disponibles.

Pour les parents qui réfléchissent avec leur enfant, c’est aujourd’hui un choix d’environnement social et d’encadrement qui doit être fait.

Chez l’habitant

L’ancienne solution est toujours en vigueur. Un certain nombre de familles combières offrent ainsi à un étudiant une chambre avec demi-pension la semaine (voire pension complète). Pour l’étudiant, c’est l’assurance d’un environnement qui reste familial, d’une alimentation équilibrée et pour sa famille, d’une surveillance parfois clairement souhaitée, à tout le moins un regard sur ses activités et ses fréquentations. Cette option ne sera pas accessible à toutes les bourses, mais l’encadrement social est à ce prix. C’est un facteur à ne pas sous-estimer pour des adolescents qui découvrent tout d’un coup une immense liberté.

Le secrétariat de l’ETVJ tient une liste chaque année mise à jour des familles accueillantes, ainsi que des particuliers qui mettraient à disposition des appartements pour des collocations à plusieurs étudiants.

Complexe d’appartements

Si rien n’existe à la Vallée de Joux à l’instar des internats qu’on trouve notamment sur les campus américains, plusieurs solutions s’en approchent. La Fondation Paul-Edouard Piguet, mécène local, met à disposition une vingtaine de petits appartements à la rue de Chez-le-Maître n°1. L’approche de mixité, consistant à permettre aux étudiants d’avoir chacun leurs propres commodités à côté d’autres types de locataires, est en recul momentané, puisque la quasi-totalité des studios disponibles est occupée par des jeunes. «Forts de notre politique de soutien à la collectivité combière, nous octroyons des rabais aux étudiants; nous sommes l’un des maillons d’une chaîne locale qui a su se mobiliser», indique-t-on du côté de cette fondation.

Claude Pierroz de Chez-le-Maître a meublé des studios dans son immeuble à l’intention des apprentis. Plus récemment, le chansonnier et ancien instituteur Jean-Daniel Meylan a valorisé une maison familiale qui se trouve à cinquante mètres de l’ETVJ pour louer des appartements aux mêmes étudiants.

En résidence collective

Une autre résidence estudiantine, située aux Piguet-Dessous (village du Brassus), amène ici son propre concept: quinze chambres individuelles, meublées ou non et un espace communautaire, cuisine avec casiers de nourriture, coin salon avec trois consoles de jeu et un abonnement Netflix collectif. Le bâtiment sur trois étages est conçu tout exprès, avec l’encadrement d’un concierge et de l’agence immobilière, laquelle a mis en place deux règlements et passe régulièrement pour veiller à leur respect. Inaugurée en 2020, cette résidence est aujourd’hui remplie.

Et pourquoi pas faire les trajets ?

À l’heure de décider ou non de prendre un pied-à-terre pour son enfant, l’accessibilité en transports publics joue un rôle. Yverdon et Lausanne – avec une ligne directe dès août 2022 – sont à une heure vingt et c’est déjà souvent la limite supérieure que les familles se mettent. Autre facteur: certains jeunes préfèrent cultiver leur environnement social et de loisirs auquel ils ont l’habitude même en semaine – avec, en creux, la crainte des efforts d’intégration à La Vallée. Ici, les derniers chiffres font état d’une quasi parité entre les apprentis de l’ETVJ qui logent sur place au moins la semaine et ceux qui assument les trajets quotidiens.

Sur un total de moins de trois cents étudiants et apprentis qui se forment chaque année à la Vallée de Joux, les proportions varient passablement d’année en année. Il faut noter pour conclure que plusieurs étudiants et apprentis font les trajets entre La Vallée et leur domicile pendant une année ou deux avant de chercher à se loger sur place, ayant pris leurs marques sur place, grâce notamment aux nombreuses sociétés sportives et culturelles locales et/ou ayant choisi de privilégier le travail extrascolaire et un rythme de vie plus simple.