Catégories
Expertises La Vallée de Joux, Région Formatrice News Savoir-Faire Thème du mois

Formations à la Vallée
de Joux : ouvrir les
champs des possibles

Intéressons-nous cette semaine à certains domaines du bâtiment : maçonnerie et électricité sont mis en exergue dans les lignes ci-dessous.

Outre les multiples formations dans le domaine horloger, fer de lance de la région, il en est d’autres moins illustres mais ô combien nécessaires et non avares en débouchés. Intéressons-nous cette semaine à certains domaines du bâtiment : maçonnerie et électricité sont mis en exergue dans les lignes ci-dessous.

Une seule entreprise, plusieurs choix

La Société Electrique de la Vallée de Joux (SEVJ) compte cette année une dizaine d’apprentis en son sein. Un large éventail de professions est proposé, en électricité bien-sûr mais également en logistique, employé de commerce, agent d’exploitation et géomaticien. Avec un CFC acquis en trois ou quatre ans, tous les apprentis ou presque, sont certains d’avoir de multiples débouchés une fois le diplôme en poche. C’est le cas de Rémy Lopez, en 4e année d’installateur électricien, qui sera diplômé le 10 juillet prochain: « Je voulais travailler dans le bâtiment, avec ce CFC je peux être chef d’équipe et mettre le courant. J’ai beaucoup appris pendant ces 4 ans, grâce à mes collègues qui ont toujours été là pour moi. J’ai une possibilité d’embauche à la SEVJ mais j’étudie toutes les possibilités, j’aimerais partir sur d’autres choses mais je ne sais pas encore. » Hasan Burak Özkaraca a choisi la logistique à la sortie de l’école obligatoire: « Je fais de la gestion de stock de matériel, pour les employés mais aussi pour les clients externes à qui je livre le matériel. J’ai ma place garantie à la SEVJ à la suite de mon CFC, c’est quand même rassurant et ça donne envie de donner le meilleur de soi-même. Je ferai peut-être mon brevet en logistique pendant mes vacances. ».

Rémy Lopez rénove le câblage informatique des écoles Chez-Le-Maître – CFC Installateur électricien, 4e année
Hasan Burak Özkaraca gère les stocks de matériel – CFC Logisticien, 3e année.

Il n’y a pas que l’électricité

Après avoir fait de multiples stages pour savoir ce qu’il voulait faire, David Gomez a dû passer une sélection pour avoir une place d’apprentissage en tant qu’employé de commerce où il semble s’être enfin décidé. « Je fais un peu de tout dans l’administratif : commandes matériel, réception des factures fournisseur, un peu de RH, c’est varié. Cette année je fais de la trésorerie mais un peu plus poussée et je fais davantage de choses, on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Après mon CFC je compte faire l’armée où j’espère passer des permis poids-lourds… on verra où tout ça va me mener ! » Lou-Anne Hofmann est en 2e année d’agent d’exploitation. « Ce CFC m’apprend beaucoup ! Ce n’est pas seulement entretenir les locaux à l’intérieur et à l’extérieur, on fait pas mal de choses pour maintenir la valeur du bâtiment : beaucoup de contrôles, vérification des consommables, des fenêtres, on doit faire attention aux fuites, etc. Ça m’ouvre beaucoup de portes. Après le diplôme je compte m’orienter vers le paysagisme ou la voirie. Je suis censée pouvoir gérer une équipe. Mon conseil est d’avoir un peu d’expérience avant de commencer ce CFC, parce qu’on voit tout de suite mieux les choses à contrôler, on a plus de recul, on analyse mieux. Il faut aussi savoir communiquer avec tout le monde. »

David Gomez réceptionne les factures fournisseurs – CFC Employé de commerce, 2e année
Lou-Anne Hofmann monte le stand de la SEVJ au Comptoir de la Vallée de Joux – CFC Agente d’exploitation, 2e année

« Il faut aimer être dehors  »

C’est le conseil de Xavier Rolle, apprenti électricien de réseau: « Ne pas avoir peur du froid, ni de la chaleur car en été il peut faire très chaud ! Je suis passionné d’électricité depuis tout petit et j’ai eu la chance d’avoir eu une place ici (à la SEVJ). Il y a une bonne ambiance de travail, c’est très intéressant. Et comme je compte rester à la Vallée de Joux, j’ai une possibilité d’être embauché ici après. Sinon je tenterai le local technique du Pôle Santé Vallée de Joux où de toute façon j’exercerai un métier où j’amènerai l’électricité depuis l’extérieur jusqu’à l’entrée du bâtiment. »

Xavier Rolle s’occupe aussi du montage électrique des stands au Comptoir de la Vallée de Joux – CFC Electricien de réseau, 1re année

Du côté des formateurs

Patrick Schumacher est responsable du département infrastructure et énergie à la SEVJ. Il est également maître d’apprentissage et chapeaute quelques apprentis dans l’entreprise. « On regarde d’abord les dossiers scolaires de ceux qui nous envoient leurs candidatures pour les métiers d’électricité, on regarde les notes de maths, de travaux manuels et en quelle classe ils finissent l’école obligatoire. Nous sommes ouverts aux externes de La Vallée mais nous prenons en compte les trajets et les logements. Nous embauchons les apprentis à la fin mais ce n’est pas systématique, cela dépend des années et des besoins. En général, on les garde six mois après le CFC en CDD, ça leur fait une expérience. Il faut trois années d’apprentissage plus trois années de pratique pour être au niveau. Moi-même je suis arrivé ici en tant qu’apprenti électricien de réseau, j’ai fait un 2e CFC d’installateur électricien, puis un brevet contrôleur chef monteur électricien : j’ai maintenant 40 ans de boîte ! »

La maçonnerie aussi

C’est après 2 ans d’employé de commerce dans une banque que Noah Manzoni s’oriente vers un CFC maçonnerie. « Les cours ne m’ont pas plu de base et j’ai essayé dans la maçonnerie, je me suis dit pourquoi pas ? » Noah effectue son CFC dans l’entreprise Carlin SA où il compte bien accumuler de l’expérience pendant ces 3 années d’études. « Ce CFC débouche sur beaucoup de choses : contremaître, technicien, chef d’équipe… après mon diplôme je vais rester un peu puis je veux continuer mes études en école d’ingénieur pour aller le plus haut possible. Je ne me vois pas rester sur les chantiers mais plutôt aller dans les bureaux. »

Noah Manzoni creuse là où la pelleteuse ne passe pas, ici sur un chantier d’une villa au Sentier – CFC maçonnerie, 1re année