Categories
Combiers News

Couleurs, Lumière, fibres de Vie à l’Essor

La Galerie de l’Essor propose aux Combiers une exposition lumineuse et colorée

Jusqu’au 26 septembre prochain la Galerie de l’Essor propose aux Combiers une exposition lumineuse et colorée : Couleurs, Lumière, fibres de Vie. Le vernissage a eu lieu le samedi 4 septembre en présence de Chloé-D. Brocard, peintre, mais sans Leen Favre, en voyage.

C’est donc Chloé-D. Brocard qui a pris le temps de répondre à nos questions et à celles du public. La peintre «sur le tard» est d’origine vaudoise mais habite depuis une quarantaine
d’années à Bôle, dans le Canton de Neuchâtel. A la suite d’un changement de vie, il y a une quinzaine d’années, elle se tourne vers des activités créatrices, commençant par l’aquarelle, puis passant aux collages, aux personnages en tissus pour tomber amoureuse de l’acrylique. «J’avais ce besoin de faire quelque chose de créatif, j’ai eu des opportunités, notamment celle
d’apprendre l’aquarelle, mais cette dernière « file entre les doigts», avec les collages il y a quelque chose à tenir. J’avais besoin de plus de matière, de couleur surtout et de faire des choses plus grandes» explique-t-elle.

A La Vallée

Cela fait deux ans que l’artiste et le comité de l’Essor sont en contact «quand ils m’ont contactée à l’époque, je n’avais pas assez de matière à exposer et j’ai demandé qu’on me
rappelle un an après. Puis est arrivé le Covid qui a tout mis en stand-by.» Du côté de la galerie combière, Luc Ramu, du comité, confesse avoir eu un véritable coup de coeur quand il est allé
visiter le site de l’artiste: «Ces teintes, ces couleurs m’ont sauté aux yeux! Ce rouge, ce bleu, c’est abstrait et subtilement elle nous suggère quelque chose. Il y a une profondeur! Autant
physique que littéralement avec ces multiples couches.» Une visiteuse approuve «il y a tellement de lumière dans ces tableaux, c’est magnifique!» L’artiste enchaîne «Oui c’est abstrait mais on peut y voir ce que l’on veut: un bout de paysage, un personnage… Je
n’ai pas de projet au départ, une envie de couleurs, beaucoup de couleurs et de couches (entre 6 et 20). J’aime car en travaillant beaucoup on arrive à une sorte de transparence, que la peinture soit vivante, qu’elle vibre! Je me fiche de l’étiquette, le plus important est que la toile vibre!»

Un joli mariage

C’est avec les luminaires de Leen Favre que sont exposés les tableaux de la peintre. «Je connaissais les luminaires de Leen et je trouve que ça va très bien avec mes peintures. J’aime beaucoup sa façon de travailler, son approche, sa sensibilité.» Luc Ramu nous apprend
que Leen Favre est psychiatre d’urgence et que dans chaque lampe se cache son interprétation d’un cas qu’elle rencontre dans son métier. C’est sa façon à elle de se libérer des cas lourds qu’elle doit gérer. Une exposition rayonnante, qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte!

A la Galerie de l’Essor jusqu’au 26 septembre, du mardi au dimanche de 14h à 18h.