Categories
L'été à la Vallée de Joux News Savoir-Faire Thème du mois

L’été des commerçants

Comment nos commerçants combiers ont-il passé l’été ?

Comment nos commerçants combiers ont-il passé l’été ? Quelles actions, quels projets, quel est le bilan estival de nos boutiques et commerces ? Quelques éléments de réponse ci-dessous.

Un bel été

Certains ont pu sortir leur épingle du jeu et ce, malgré une météo estivale maussade. Comme du côté du Pont, lieu privilégié des touristes. La Bouterolle, atelier de création artistique de bijoux tenu par Maéva Reymond, a bien tenu le coup malgré trois semaines de fermeture. « J’ai eu beaucoup de touristes Suisse-allemands qui sont passés à l’atelier, ils voulaient avoir un souvenir et des créations d’ici. J’ai eu quelques mariages et les commandes habituelles ont continué toute l’année. Les gens sont attentifs aux petits commerçants, je pense qu’ils ont bien vécu la période. » A noter que l’atelier fermera quelques mois dès octobre, la créatrice de bijoux va bientôt pouponner à nouveau et rouvrira ses portes en mai ou en juin.

Côté Sentier, chez Eva’s Restauration, l’été s’est également très bien passé « un peu moins de touristes cette année au niveau du magasin, explique Christophe Vaney, mais les combiers ont bien joué le jeu. Nous avons réussi à décrocher de nouveaux mandats cet été et la situation sanitaire n’a pas été impactante. J’espère que cela va continuer comme ça, c’est important pour les commerçants d’avoir le soutien des habitants, afin de les pérenniser nos commerces. »

Retour au Pont pour le Petit marché, repris en février dernier par Margaux Zali « Je suis très satisfaite de la fréquentation estivale, on a eu pas mal de touristes, parfois même un peu trop : les rares jours où il a fait beau, je ne savais plus où donner de la tête ! Avec les deux semaines de pluie incessante on a vu la différence ! Avec le soleil les gens sont clairement là, c’est la course ! Je savais qu’il y aurait du monde mais je me suis fait un peu prendre de court… Nous sommes très contents d’avoir repris ce magasin, c’est un très bel endroit et je suis heureuse de servir non-seulement les touristes mais aussi les gens du coin, qui nous soutiennent vraiment ! »

Eté relativement normal

Pour Bonny Electroménager au Sentier, la saison estivale n’a pas trop différé des précédentes. Le magasin a été ouvert non-stop mais avec un horaire réduit « On a mis les planchas en avant mais vu la météo, ça n’a pas vraiment pris, explique Christophe Bonny. On se remet de la crise, on n’a pas été trop péjorés, le magasin tourne relativement bien. On a eu beaucoup de dépannages et de livraisons. On a senti le soutien des combiers et constaté un bon retour des gens de la région. »

Même son de cloche pour Star Optique, Sarah Blondel Golay confirme « malgré nos deux semaines de fermeture, c’était un été standard, on a retrouvé notre rythme de croisière de juin 2020 »

Eté mitigé

De l’autre côté du Chenit, Chez Babou Macaron, au Brassus, la saison estivale est en demi-teinte « J’ai constaté une baisse de la fréquentation, avec la météo pourrie je n’ai pas pu exploiter la terrasse correctement et je n’ai plus de tables à l’intérieur à cause de la situation sanitaire et l’exiguïté de mon commerce, confesse Elisabeth Roullier. Je continue de me battre pour être toujours là. L’an passé nous avons eu les bons qoqa qui ont fait venir beaucoup de touristes de toute la Suisse, ce qui a bien aidé. Certaines entreprises locales ont joué le jeu, notamment Jaeger LeCoultre qui ont fait appel à moi pour leur marché. Je me réjouis de voir ce nouvel hôtel, ça va amener de l’air. »

La météo a également joué sur les affaires de la Cordonnerie Mouquin, au Sentier. « Comme on marche avec les saisons et que cette année l’été n’était pas là au bon moment, ça s’est directement impacté sur nos ventes, explique Bertrand Mouquin. La plupart de nos articles d’été n’ont pas été vendus. Qui va acheter des tongs avec cette météo ? J’ai l’impression qu’il y a eu moins de touristes, ou peut-être qu’ils ont moins fréquentés les magasins. Pour notre part, nous avons constaté une forte baisse de la fréquentation, due à plusieurs facteurs indépendants de notre volonté. La consommation des gens s’est modifiée probablement à cause de la situation sanitaire. C’est une année particulière et la météo n’a pas aidé. Les gens ne savaient pas s’ils pouvaient sortir de la Suisse ou pas et organiser leurs vacances en fonction. Alors, acheter des tongs ou des sandales alors qu’il fait 10°… Mais je ne peux pas me plaindre, je suis toujours là. »