Categories
Combiers L'été à la Vallée de Joux News Thème du mois

Clim-Expo s’invite à La Vallée

Une exposition initiée par la Maison de la Rivière, soutenue par le Parc Jura vaudois qui explique les tenants et aboutissants du réchauffement climatique.

Savez-vous comment fonctionne le processus du réchauffement climatique? Quelles sont les conséquences, dans le monde et en Suisse? Quelles adaptations la Vallée de Joux met-elle en place pour limiter ses effets? Clim-Expo propose des réponses par le biais d’une exposition en plein air.

Plus exactement au Sentier, sur le chemin du bord du lac du côté du Rocheray, depuis le 24 juillet dernier et ce, jusqu’au 26 septembre prochain. Une exposition initiée par la Maison de la Rivière, soutenue par le Parc Jura vaudois qui explique les tenants et aboutissants du réchauffement climatique.

POURQUOI CETTE EXPOSITION ?

Il y a quelques années, la Confédération a lancé un appel à projets pour comprendre les effets du réchauffement climatique. Quels impacts aura-t-il sur la Suisse? La Maison de la Rivière a participé, notamment avec une étude de l’impact sur les poissons «On sait les conséquences, maintenant comment on fait pour les limiter?» demande Jean- François Rubin, directeur de la Maison de la Rivière lors de la présentation de l’exposition. «Lors d’un deuxième appel à projet, plus axé sur la communication, le nôtre a fait partie des 50 sélectionnés, sur 300. Il portait sur comment impliquer davantage la population. A notre niveau, chacun peut faire quelque chose pour lutter, c’est important.» Et voilà donc plusieurs modules et triptyques installés le long du chemin au Rocheray, avec chacun un thème abordé. Le dernier est laissé aux communes hôtes. Après avoir voyagé à Château-d’Oex, Neuchâtel, Pully, l’exposition posera ses modules à Fribourg-Sion, pour finir son odyssée sur la place fédérale à Berne, fin 2022, avec tous les panneaux présentés par les communes en plus.

VALLÉE IMPACTÉE

«Les intempéries récentes sont en partie expliquées ici, commente Jean-François Rubin. A l’avenir, on aura la même quantité d’eau qui tombe du ciel, mais beaucoup plus fort et plus intense. Il y a plein de choses que l’on peut faire! La Vallée de Joux est, elle aussi, impactée. Nous avons fait le suivi de toutes les rivières du canton de Vaud et l’endroit le plus chaud en matière de cours d’eau est la haute vallée de l’Orbe, un panneau explique pourquoi. Le but du jeu n’est pas moralisateur mais d’exposer les conséquences de notre comportement.»

MÉSANGE

La fable du Colibri est racontée par des panneaux. Elle a été adaptée à nos régions, c’est donc la mésange qui prend le rôle principal. Si chacun y met du sien, on peut espérer s’en sortir sans trop de casse. Sur un des triptyques on voit que des réchauffements climatiques ont déjà eu lieu au cours de l’histoire humaine, conduisant à la disparition des civilisations. Les Mayas par exemple, le climat de plus en plus sec a inévitablement conduit à l’épuisement des ressources. Quand les vikings ont posé le  pied au Groenland, le pays ne ressemblait pas à celui qu’on connaît aujourd’hui et ne porterait pas ce nom (pays vert en français). En 7000 avant Jésus Christ, les glaces des pôles ont fondu, la mer Méditerranée a monté et le détroit du Bosphore s’est agrandi: la population a été engloutie! On a retrouvé des villages à 120 mètres de profondeur. Les survivants se sont dispersés, fort probablement traumatisés, et ont raconté ce qui est de nos jours dans différentes religions: le mythe fondateur du déluge. On le situe entre l’actuelle Bulgarie et la Turquie. Ce n’est qu’un exemple de ce que l’on peut apprendre sur l’un des panneaux, le mieux est d’aller les découvrir par vous-même!