Categories
Expertises News Thème du mois

AU CŒUR DE LA MONTRE

S’il est un art que l’on pratique à la Vallée de Joux depuis fort longtemps, c’est bien l’horlogerie.

Des paysans horlogers de l’époque, à la haute horlogerie aujourd’hui, le mouvement (ou mécanique horlogère) est au cœur non seulement de la montre, mais aussi de celui des Combiers. Rencontre avec deux entreprises, qui ont fait du mouvement horloger un art, un savoir-faire qui fait rayonner La Vallée bien au-delà de ses frontières.

Un peu d’histoire

C’est aux alentours de 1450 avant JC que l’on utilise le premier cadran solaire, en Egypte. Sitôt après avoir observé le cycle du jour et de la nuit, l’Homme dans toutes les civilisations n’a eu de cesse de mesurer le temps, ce qui l’a conduit progressivement à élaborer calendriers et instruments de plus en plus précis. Entre 1284 et 1292, apparition, avec les horloges à poids, rouages et régulateurs, de machines, le plus souvent sans cadran, dont la sonnerie rythme les activités organiques de la communauté.

En 1364 Giovanni Dondi, de Padoue, construit L’Astrarium : une horloge astronomique considérée comme la merveille de son temps. Disparue, elle a pu être reconstituée grâce à la description détaillée qu’en a laissé son auteur. Vers 1410 apparition du ressort moteur. Cette innovation, avec l’usage de la fusée, rend possible l’horloge domestique réellement portable et ouvre la voie, grâce à la miniaturisation qui s’ensuivra, à la réalisation de montres. Vers 1492 apparition conjointe en Italie, en AllemagneetenFrancedelamontre mécanique dont l’exclusivité va durer près de cinq siècles, soit jusqu’à la fin des années 1970, date d’invention de la montre électronique.

En 1517 les horlogers rivalisent pour réduire les dimensions des montres, dont le porter s’impose. En 1554 c’est l’apparition du premier «orologier» de Genève, le français Thomas Bayard, qui sera notamment suivi par Martin Duboule à la fin du XVIe siècle. En 1556 le règlement des orfèvres de la Genève calviniste interdit la fabrication des bijoux; les artisans se tournent alors vers le travail de la boîte de la montre. 1601 fondation de la Corporation des horlogers, à Genève. Pour accéder à la maîtrise, après un minimum de 5 ans d’apprentissage, le prétendant doit réaliser une petite horloge à réveil-matin à porter au col et une horloge carrée à tenir sur la table, à deux hauteurs.*

Un savoir-faire combier

C’est un concours de circonstances qui a fait de cet endroit, qui est un joyau de nature, un haut lieu de l’horlogerie. D’une part, le sol si riche en fer avec ses forêts d’épicéas a incité à l’extraction de minerai de fer utilisé pour la fabrication d’outils et de mécanismes. Plus tard, ce sont les Huguenots venus se réfugier dans la région qui ont apporté avec eux la connaissance de la mesure du temps. La nature environnante, ainsi que la possibilité d’avoir le regard qui se perd au loin a favorisé le travail minutieux et la concentration. La parfaite vue sur les étoiles a donné une envie de reproduire ce qu’il se passe dans l’univers également dans les montres mécaniques toujours plus petites avec des montres à quantième perpétuel, à équation du temps ou encore avec des phases de lune.

Une autre raison réside dans ces hivers longs et blancs et dans ce besoin de survie. Ce lieu est reconnu pour y abriter plus de brevets que d’habitants! Les longs hivers ont stimulé ce travail de précision, d’une extrême beauté avec à la clé la possibilité d’aller vendre ses créations au printemps venu dans la proche Genève internationale.**

Une tradition familiale

La Vallée de Joux a fait du mouvement horloger un art traditionnel, que l’on se transmet de père en fils, créant ainsi des entreprises qui tiennent dans la durée. C’est ainsi que l’on trouve Dubois & Dépraz SA, qui fêtera en octobre 2021 ses 120 ans. Située au Lieu et créée par Marcel Dépraz en 1901, l’entreprise est encore aujourd’hui dans le giron familial, dirigée par la quatrième génération: Pascal et Pierre Dubois. Aujourd’hui c’est à la fois une manufacture de complications et de composants, faisant également du développement sur-mesure. Elle compte 340 collaborateurs répartis sur quatre sites, trois à la Vallée de Joux et un dans le canton de Berne. «Pour que l’on comprenne bien, explique Pascal Dubois, directeur général adjoint, le mouvement est un moteur, qui entraîne les aiguilles qui indiquent les heures et les minutes. Au-delà de ce mouvement de base, on appelle cela des complications. La date, par exemple, est une complication, les différentes phases de la lune en est une autre. Ces complications, ou ces modules, sont ajoutés sur le mouvement de base et sont entraînés par ce dernier. On peut ajouter plusieurs complications, à la demande de notre client.» Et Pierre Dubois, directeur général d’ajouter «pour que cela soit encore plus clair, imaginez que le mouvement de base soit le rez-de-chaussée d’un bâtiment, on en a tous besoin. Nous, on construit les étages, les uns après les autres, c’est notre métier de base. Nous ajoutons les étages par-dessus qui vont faire partie intégrante du bâtiment.»

Au service des marques depuis 1901

C’est la signature de l’entreprise du Lieu. Et ces étages, ces modules, c’est ce qui constitue le cœur d’activité de Dubois & Dépraz. «On achète (et parfois on fabrique), explique Pascal Dubois, les mouvements de base, dans une optique industrielle, et des modules y sont ajoutés, qui indiquent plusieurs informations: tout peut être affiché! On peut imaginer 15 à 20 complications différentes qui peuvent s’y additionner. Par exemple le quantième perpétuel, qui affiche sur une montre mécanique le jour du mois (le quantième), le mois et la position de l’année dans le cycle des années bissextiles de manière automatique: le passage du dernier jour du mois au 1er du mois suivant, qu’il y ait trente ou trente et un jours, ne nécessité aucune correction de date par l’utilisateur, y compris le 29 février d’une année bissextile. Nous devons nous adapter à la volonté de nos clients. Nous développons ces modules, ou complications, nous les fabriquons et les assemblons, et c’est ce que nous délivrons en termes de mouvement horlogers. »

Haute-Horlogerie

«Nous fabriquons également des composants pour des marques qui ont elles-mêmes conçu leurs propres mouvements, là nous devenons des sous- traitants, ajoute Pierre Dubois. Nous avons ici 70 métiers dans l’horlogerie, nous regroupons quasiment tous les métiers, sauf l’habillage (cadrans, aiguilles, bracelets, etc.). Historiquement, la Vallée de Joux est restée axée dans son savoir-faire sur les mouvements.» Dubois & Dépraz a également une autre corde à son arc avec la Haute-horlogerie «dans ce secteur-là, nous fabriquons aussi le mouvement. Les complications sont intégrées dans le mouvement, c’est notre valeur ajoutée. Cela peut être des montres à sonnerie (montres à répétition), le calendrier perpétuel, le chronographe… cela peut être tous à la fois. Notre aïeul Marcel Dépraz était spécialisé dans la répétition. Nous faisons du classique et du sur-mesure. Nous avons un catalogue où sont répertoriées plus de 100 propositions et les clients viennent puiser dedans. Il y a aussi celui qui veut plusieurs choses, on développe sur la base de l’idée du client. La montre régate est un bon exemple de complication, elle tient compte du coup de canon annonçant les minutes avant le départ, elle permet de visualiser le temps restant avant le départ de la course. Cela a été développé chez nous. Nous avons fait des compteurs à 45 minutes, pour des marques sponsorisant le football, nous avons personnalisé la complication. Nous avons même fait une complication indiquant les marées. C’est unique de pouvoir balayer toute l’horlogerie pour un fabriquant horloger, on a toujours fait ça ici. On reconnaît les mouvements faits à la Vallée de Joux: Louis Audemars ou encore Louis Elisée Piguet allaient vendre leurs mouvements à des marques, intégrés dans des montres de poches à Genève, à Paris ou à Londres. Des bijouteries londoniennes acheminaient leurs mouvements depuis la Vallée de Joux.»

*Histoire de l’Horlogerie,

https://www.hautehorlogerie.org/fr/encyclopedie/histoire-de-lhorlogerie/

** tiré de: La vallée de joux, le berceau de la haute horlogerie à découvrir absolument ! https://www.myvalleedejoux.ch/fr/ Z12761/horlogerie_1593586832

Intervenants dans cet article:
Pascal et Pierre Dubois https://www.dubois-depraz.ch/