Un patrimoine combier

Une montre haut de gamme demande un temps de réalisation au-dessus de la norme.

Une montre haut de gamme demande un temps de réalisation au-dessus de la norme. Au-delà de la complexité et de la fiabilité des techniques, c’est le degré de définition qui fait la différence. Pour juger de la perfection d’une montre, il faut prendre en considération le soin apporté au moindre détail. Celui que l’on voit et surtout celui que l’on ne voit pas. C’est ce que s’emploient à
faire les horlogers combiers depuis plus de deux cents ans, quand l’hiver et l’impossibilité de s’occuper de la terre se manifestaient alors, et toute l’année de nos jours. Un travail minutieux, fait traditionnellement à la main, à l’aide d’une loupe.

Une discipline aux pratiques quasi identiques depuis ses origines, si bien que l’on pourrait ne pas savoir distinguer une montre décorée en 1880 d’une autre en 2021. Des pratiques identiques mais pas immuables, la décoration horlogère s’est aujourd’hui tournée vers le semi-automatique, même si l’art manuel est naturellement privilégié et valorisé.

Les opérations de finitions et de décorations prennent la main une fois les usinages fonctionnels achevés. Dans le haut de gamme, de multiples surfaces sont reprises, corrigées et décorées. Ces opérations sont réalisées à la main avec des outils traditionnels tels que limes, cabrons, pierres, brunissoirs et tourets à polir. De ce travail artisanal résultent des surfaces polies, satinées, étirées, brouillées, guillochées. Certaines sont particulièrement déterminantes au regard de la qualité: celles qui distinguent le haut de gamme et que l’œil de l’expert saura reconnaître, en
identifiant la technique d’exécution utilisée. Extraits de Finitions et décorations horlogères haut de gamme, Caroline Sermier et Guilo Papi, Audemars Piguet.