Le Petit Marché change de mains

Un commerce de proximité protégé

Au revoir, Isabelle Jossevel. Bienvenue au couple Margaux Zali et Fabian Rochat. Les deux trentenaires, qui gèrent déjà la café bar «La Disto» entre Les Bioux et L’Abbaye, reprennent officiellement le 1er février le commerce de détail du centre du Pont et ses quarante mètres carrés de surface de vente. Concrètement, c’est Margaux qui va consacrer l’essentiel de son temps au Petit Marché, secondée par son mari Fabian, lequel «ne bosse plus depuis quatre mois», restrictions sanitaires obligent et qui a l’autre avantage de connaître les lieux et les clients comme sa poche.

Le Covid a précipité les événements

C’est une offre spontanée d’un particulier intéressé, sans savoir si le commerce était à remettre, qui a mis Isabelle Jossevel en piste, à l’automne dernier. «Je n’avais pas prévu de remettre aussi vite. Mais l’année 2020 a eu raison de ma motivation. Après ce téléphone, je me suis retrouvée à me dire qu’il était temps de passer la main. Le Covid a précipité les événements», commente-t-elle. Ensuite, les choses sont allées très vite. Isabelle Jossevel a donné la priorité à son employé depuis quatre ans, Fabian Rochat, lequel en a parlé à son épouse. L’offre tombait au bon moment, Margaux Zali était en recherche d’un emploi après avoir bouclé sa propre d’affaire d’aide à la personne.

Un commerce de proximité protégé

Les jeunes repreneurs ne s’inquiètent pas de se lancer dans une période aussi compliquée. «De toute façon, il faut continuer de vivre et d’avancer, et il s’agit de biens de première nécessité», confient-ils. Si la clientèle touristique, adeptes de camping-cars, randonneurs et autres motards de plaine qui envahissent le village les beaux jours pourrait diminuer cette année, toute la clientèle villageoise reste fidèle.

Au bout du Lac, le Petit Marché joue en effet également un rôle social. «Pour l’instant, on garde le commerce tel qu’il est, c’est comme cela qu’il fonctionne et plaît aux gens. On va rester sur les produits frais locaux – je suis très contente de pouvoir continuer à les valoriser – et les mêmes horaires», explique encore Margaux Zali.

«Du temps pour moi»

Quant à Isabelle Jossevel, figure du village de Pont, elle se dit heureuse de cette remise, sentant les repreneurs très motivés. Elle avait elle-même repris le Petit Marché en 2011, il y a dix ans, un peu sur un coup de tête. Même si elle n’est pas retraitée, elle annonce son intention pour l’avenir immédiat: prendre du temps pour elle.